Deux serpents disparaissent !

Le rêve de la reconquête de la Basse Egypte

 
 Nebty
-  Les Deux Maîtresses
: le Cobra Nekhbet & le Vautour Wadjet -
représente l'union originale de la Basse et de la Haute Egypte.
A l'époque de la XXVème Dynastie, 
à défaut de contrôler la Basse Egypte
sujette aux invasions assyriennes,
il y a perte de sens et compensation symbolique:

c'est une paire de cobras  

qui orne le front du roi Taharqo.


Le Sphinx reste l'emblème du pouvoir, même si l'attribut de ce pouvoir a connu une mutation:
l'effigie de la Haute Egypte, le vautour
est substitué par un....cobra !

La nuit précédant son couronnement à Gebel Barkal, en l'an -665, 
Tanutamani, qui succéda à son cousin Taharco,
fit un rêve
 - on dit en égyptien:
vit un rêve

Celui-ci fut gravé sur la Stèle du rêve dans le temple d'Amon,

 répertoriée sous
Stele Cairo JE 48863.
Le fac-similé ci-dessous reproduit les dix premières lignes de la Planche 7 de 
 "Monuments divers"
d'Auguste Mariette-Bey (1872) http://www.thotweb.com/editions/mariettemd.php


Les lignes 3 à 6, à lire de droite à gauche, relatent le rêve, .
A propos du premier hiéroglyphe de ce rêve, 
 
Champollion, 
en 1842, écrivit ( http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k106209v/f205.image ) :

La phonétisation et la traduction de ce rêve ont été éditées 1994
par
T. Eide, T. Hägg, R.H. Pierce, L. Török dans
Fontes Historiae Nubiorum/Vol I/ pp.196-197, U-Bergen  https://digitalt.uib.no/handle/1956.2/3083
et, en 2006, par Scott B. Noegel, dans On Puns and Divinations,
pp.101-102
http://faculty.washington.edu/snoegel/PDFs/articles/Noegel%2045%20TGD%202006.pdf
Par commodité typographique, la phonétisation et la traduction française sont données
sous l'image-miroir de ce texte hiéroglyphique.
En jaune: les mots-clés de ce rêve et les serpentiformes (14 occurrences), et,
en vert, deux jeux de mots identifiés par S. Noegel, soit  
le hiéroglyphe "main" ( '  ayin) pour démontrer le pouvoir (
9 occurrences) et, en italique
le hiéroglyphe "tête de face", (h dot r) signifiant "sur" (3 occurrences), 
pour rappeler que c'est bien sur la tête du pharaon que s'insère la 
paire de cobras !


Après avoir aperçu dans son rêve deux serpents,
Tanutamani, à son réveil, n'a pu les retrouver, ils avaient disparu...
et pour cause !
...son cousin Taharqo avait laissé disparaître le Nord de l'Egypte
...au sein de l'empire Assyrien.

La disparition des deux serpents,

est le contenu manifeste du rêve de
Tanutamani.
Le contenu latent, qu'il n'ose s'avouer, 
c'est la paire de cobras, qui orne la tête du pharaon,
c'est à dire, sa soif de reconquérir
le Pays de Wadjet-le-cobra, la Basse Egypte.
Les conseillers de
Tanutamani, eux, ne se laissèrent pas leurrer
par les deux serpents anonymes, mais reconnurent les Deux Maîtresses.
Ils encouragèrent le roi à reconquérir
la Vallée du Nil jusqu'à Memphis.
Ce fut une victoire, mais de courte durée.
Après moins d'un an,
les armées d'Assurbanipal revînrent en force
et pillèrent Thèbes.

Tanutamani dut alors se contenter de régner
sur la Haute  Egypte et son royaume de Kush.
Il mourut dans la 9ème année de son règne, 
et fut enterré dans sa tombe somptueusement décorée.



Lors du siège de Tyr, 333 ans après le rêve de Tanutamani, 
Alexandre le Grand,  eu un rêve de même nature:  http://www.archaeometry.org/rvc.htm

Si l'on en croit Plutarque, parions que 636 ans après leur disparition, ce sont bien
les 2 mêmes aspics qui sont réapparus dans le panier de figues que Cléopâtre
se fit porter par ses servantes Iras et Charmion, afin de mourir dans la dignité.


retour