Dos Sulif ou le jardin des roses yin-yáng


Léo DUBAL, Monique LARREY & Battista MAFFESSOLI
dubal (at) archaeometry.org

               Introduction

Le surprenant ensemble des roses camuniennes yin-yáng ( yinyang.gif (1142 bytes) )  de Dos Sulif
a été observé à 09:30 h, au lever du soleil, au solstice d'été 2002.

solstice Dos Sulif /photo Dubal
À Dos Sulif, au solstice d'été, le soleil apparaît à 09h:30.

Dos Sulif, en italien Dosso solatio, en français le Dos d'âne ensoleillé, est un site d'art rupestre camunien de l'âge du fer,
repéré, il y a plus de 30 ans, par deux
pionniers de la chasse aux gravures camuniennes:
Battista Maffessoli et Vittorio Martinazzoli
.
Situé dans la Commune de Paspardo, sur le flan Est du Valcamonica, à une altitude de 1080 m,
cet affleurement rocheux gravé est fortement incliné vers le Sud. Ses coordonnées sont
N 46°02'38.9" / E 10°22'13.3",
à moins de 500 m N-E à vol d'oiseau du célèbre Capitello dei due pini.
Les stries glaciaires y suivent, en gros, l'axe N-S et semblent avoir servi d'axe directeur aux gravures.


La Rose Camunienne "Yin-Y
áng" est construite à partir d'une croix symétrique, formée de 2 lignes à 5 cupules.
Un des axes de la croix est parallèle aux stries glaciaires N-S et l'autre est aligné sur l"axe-plomb",
l'ombre projetée par un fil à plomb faisant face au soleil levant au solstice d'été.
Une svastika de type basque lau-buru  (4 têtes) entrelace les 9 cupules de la croix.

Cliquez pour Rose A, Monique L. et Battista M./ photo Dubal
Grandes roses dextrogyres gravées à Dos Sulif
[peintes au spray virtuel, avec indication du Nord]
 

La Rose camunienne Yin-Yáng est donc une composition de plusieurs symboles.
Le plus souvent, les bras arrondis de sa svastika pointent dans le sens
des aiguilles d'une montre. Elle est donc dextrogyre, alors que
le caractère chinois  wan4.gif (1006 bytes)  (wàn) pour svastika est lévogyre.

orario

Yin-yáng dextrogyre

 Fronton Anhaux /photo Dubal


Lau-buru dextrogyre

emblème falun

Svastikas bouddhistes lévogyres et Yin-yáng dextrogyres

Mosaique Piazza Amerina /Photo Dubal

Noeud de Salomon
lévogyre
antiorario

Yin-yáng lévogyre

Notons que le noeud de Salomon, est lui aussi est lévogyre, mais sans composante yin-yáng.
L
e tracé du sillon des roses camuniennes ying-yáng rappellent celui du
labyrinthe de Naquane, que L.D. a présenté à Pinerolo, à NEWS95, et bien évidemment celui de
la rose camunienne "stationnaire", telle celle de Foppe de Nadro (tactigraphie).

Solstice Dos Sulif 1 / photo Dubal
A. La rose la plus profonde


Solstice Dos Sulif 2 / photo Dubal

B. La rose la plus délicate


Orientation: Solstice d'été
       & stries glaciaires N-S

Malgré l'abondante végétation à Dos Sulif, en écartant les feuillages, il a été possible, à 09:30h, au lever du soleil au solstice d'été, d'enregistrer trois cas de recouvrement (photos A, B & C), entre un axe de la croix et l'"axe-plomb".

L'autre axe de la croix semble délibérément parallèle aux stries glaciaires, qui suivent, elles, un axe N-S.

Au Chalcolithique, le lever du soleil au solstice d'hiver sur horizon dégagé - comme c'est le cas à Newgrange ou à La Gardette - a été le point de repère spatio-temporel pour fixer le début de l'année solaire. A l'âge du fer, par contre, il semble que le lever du soleil au solstice d'été ait supplanté l'ancien repère.

Rappelons que lorsque l'horizon est complètement dégagé, les axes-plomb du lever et du coucher au solstice d'été sont dans le prolongement de ceux du coucher et du lever au solstice d'hiver. Par contre, en région montagneuse, comme au Valcamonica, cette symétrie est brisée: à Dos Sulif, le soleil se lève 4 heures plus tard que si l'horizon était dégagé, soit 40° plus au Sud.

Relevons, ici, que Gaudenzio Ragazzi et Giuseppe Brunod, ont les premiers observé (à l'aide d'un bâton tenu verticalement) que l'axe-plomb, à 17h15, au coucher du soleil au solstice d'été 1998 recouvrait un axe de la Rosa di Sellero. Cette rose est située sur le versant ouest de la Vallée. Au lever du soleil le même jour, l'axe-plomb affiche une déviation de 21° par rapport à l'orthogonalité (avec l'axe N-S des stries glaciaires), alors qu'au couchant la déviation est moitié moindre, ce qui a probablement représenté pour le lapicide un compromis plus acceptable. Une autre interprétation est que, comme l'axe-plomb au coucher du soleil au solstice d'été (pour un horizon dégagé) est équivalent à l'axe-plomb au lever du soleil au solstice d'hiver, on ait à faire, ici, malgré les crêtes à l'horizon, à une survivance de l'ancien paradigme.

Dimensions

Le diamètre des roses est compris entre 12 et 50 cm. A Dos Sulif, les roses A,C & J sont les plus grandes, alors que E est la plus petite.
Sur le versant Ouest de la Vallée, H est la plus grande, 5 fois la taille de G. Nous avons présenté en 1993, à Temù, au 9ème Valcamonica Symposium, la comparaison entre les tactigraphies de ces deux roses camuniennes. Le résultat est montré ici sous la forme du montage I de la rose de
Sellero ou la rose inversée de Pescarzo: le tracé de base est le même. Si l'hypothèse sur l'orientation solsticiale est correcte, il faut alors admettre qu'une même amplitude pour les (certes relativement faibles) déviations de l'orthogonalité (- 10° et +10°) est due au hasard du profil des crêtes de la Vallée. Reste la question du pourquoi des deux sens de rotation !

Sens de rotation

La majorité des roses camuniennes yin-yáng rapportées ici, soit sept (A,B,C,E,F&G), sont dextrogyres, tout comme la rose de Guifões rapportée par Fernando Coimbra. Seules trois (J,K &H) sont lévogyres, auxquelles il faut ajouter la rose du Yorkshire (L). Comme rapporté plus haut, les roses lévogyres sont l'image-miroir des dextrogyres, d'où l'intérêt d'une variante de l' hypothèse physiologique émise à propos des lapicides de La Gardette: les droitiers traceraient des roses dextrogyres alors que les gauchers traceraient des roses lévogyres !

Le droit à l'erreur

Il est facile de se convaincre de la difficulté de tracer une rose yin-yáng: il suffit d'essayer...
Pour éviter l'échec, il semble indiqué de commencer par tracer les 9 points en croix, espacés régulièrement, en donnant aux deux axes la direction souhaitée. Par exemple, dans le cas de la rose K, cette procédure ne semble pas avoir été rigoureusement suivie.
Le lacement de la "svastika basque" autour des cupules est la seconde difficulté. Par exemple, dans le cas des roses C-D,F,K & L, on constate que si, pour les trois bras supérieurs, dextrogyre ou lévogyre, tout se passe relativement aisément,
c'est le bras inférieur, celui qui est tourné "de l'autre côté", qui semble provoquer la confusion. Il pourrait donc s'agir d'un problème mécanique; et sa fréquence semble conforter notre hypothèse sur les lapicides droitiers et gauchers. Pour faciliter la lecture des gravures,  nous avons rectifié au spray virtuel semi-transparent les tracés bancals. Pour la rose yin-y
áng L de Ilkley, c'est peut être la présence d'une cupule surnuméraire qui a induit le lapicide à tracer un cinquième bras.

Paola Farina nomme une douzaine de roses camuniennes, dont la rose C-D, " asymétriques ".

Signification

Au niveau symbolique, alors que le labyrinthe de Naquane semble évoquer le cycle de la vie, les roses Yin-Yáng de Dos Sulif constitueraient une métaphore du cycle de l'année solaire.

 

 

 

 

cont@ct : dubal (at) archaeometry.org

Solstice Dos Sulif 3 / photo Dubal
C. Rose dextrogyre bancale rectifiée au spray virtuel

relevé de Paula Farina
D. Relevé "Farina" de C,
[en bleu: tracé rectifié]

Solstice Dos Sulif 4 / photo Dubal
E. La rose la plus petite

Solstice Dos Sulif 5 / photo Dubal
F. Rose dextrogyre confuse

Pescarzo / moulage Maffessoli
G. La dextrogyre de Pescarzo, et l'essai initial supposé du tracé de la croix

montage Dubal Sellero et Pescarzo-miroir
I. La rose lévogyre de Sellero (H) avec indication du Nord, et l'image-miroir de la rose dextrogyre de Pescarzo (G)
[échelles : 10 cm]

Sellero / tactigraphie Dubal,Larrey,MaffessoliH. Tactigraphie de la
lévogyre de Sellero
Solstice Dos Sulif 6 / photo Dubal
J. La rose la plus au Sud

Solstice Dos Sulif 7 / photo Dubal
K. Rose lévogyre confuse

Ilkley
L. La rose du Yorkshire avec son 5ème bras

retour

2009/09/20/13:19