Chronologie écliptique des ères culturelles

l'écriture du temps


Léo   DUBAL - SPIRO


Résumé:
La chronologie écliptique des ères culturelles établit la relation entre le Temps
- celui de la Terre, de la Lune et du Soleil - et l'Histoire des hommes,
ce qui permet de synchroniser les ères entre elles.
Les dates retenues sont celles de la fabrication de c
ertains artefacts porteurs d’un colophon.
Ces dates, exprimées en termes de leur ère culturelle d'origine, témoignent de la diversité des styles d’Écriture du Temps.
Ainsi les plus anciens colophons sont les certificats de naissance de chaque ère.
Ils attestent du passage, plus ou moins long, du mythe fondateur à son acceptation par la communauté concernée. 
Les colophons des comptes-rendus d'anciennes éclipses de Soleil assurent, eux, l’ancrage chronologique de ces ères.

mise à jour: 2018.07.14
version PDF

 Introduction                                                                                                       

Le colophon d'un artefact
donne ses date et lieu de fabrication.
Les dates qui ornent certaines tablettes, manuscrits ou monnaies
sont les repères chronologiques des grands courants culturels.


Le premier colophon

qui fit date dans ma mémoire d’adolescent est ce que j’appelle
le «Colophon du Diable»,
son acte de naissance en quelque sorte.     
 colophon du Diable de Rosette Dubal

     Après que j’eusse pieusement assisté aux neuf  années d'écriture

       la bible de ma mère    publications de Maurice Nadeau
de la Psychanalyse du Diable, cette bible maternelle
s'inscrivait enfin à la suite de

La Rage de Vivre de Milton «Mezz» Mezzrow &
Le Monde du Sexe d’Henri Miller,
façon Maurice Nadau de piéger Le Malin ! 

C’est avec le «Keep Swinging» dont Mezz me gratifia
au temps où je me faisais appeler comme Hampton
que débuta mon enquête: 
Le Colophon Du Diable donne la date du 30 Avril,
jusque là, pas de problème,
mais 1953, de quoi s'agit-il ?? 

Alors que le Petit Père des Peuples venait enfin de casser sa pipe,
  je tombais
sur une de ces piécettes prosélytes de
1 peseta 
qui inondaient le marché:

 fossoyeur par la grace de dieu
Elle arborait le portrait d'un autre potentat sanguinaire,
beaucoup plus inquiétant que le diable maternel,

avec
en marge, un libellé:
- 1953 - Francisco Franco
Caudillo
de Espanã por la G. de Dios

indiquant
la légitimité divine du dictateur...
et le simple petit détail ironisé par Brassens
et que chante mon alter ego.

1953  c'est donc....un nombre d'années
de l'Ère chrétienne qu'il faut comprendre !
Une réponse-type de
mon grand-père maternel, lequel,
enfant,
 
avait fréquenté l’école des Pères Blancs à Carthage
et qui, lors des promenades dominicales avec son père,
l’orientaliste Jean Herszek Spiro,
avait
glané sur la plage des stèles votives puniques…
...stèles responsables de mon initiation précoce
à l’ancienneté de l’alphabet !
Ce même grand père m'avait évoqué,
Inch’Allah, l’existence de l'Ère de l’Hégire.
Pour lui, le pasteur-aumônier, l'introduction de cette ère
était bien plus tardive que celle de son Ère Chrétienne…
Quant à moi, l’archéomètre-mécréant,
je m’aperçois au contraire que rien ne le prouve !…

Enfant,
de l’Ère Séleucide,
personne ne m’en parla jamais!
Elle servit pourtant pendant 18 siècles au marquage du Temps.

Commençons notre investigation des ères culturelles
par quelques définitions:

Le  Comput de jours partant d'un point fixe
a été initié par les premiers astronomes,
puis réinventé par Scaliger & Herschel
sous l'appellation du "JJ", le Jour Julien.
Le point JJ 0 porte la date du
-4712.01.01 de l'ère commune (écrite pour l'ordinateur).
Ce choix permet d’avoir des jours juliens positifs
sur l’ensemble de l’héliocène. Cette  période de frénétiques
éclosions culturelles est en train de s'achever avec la fin
des stupéfiantes stabilités du niveau de la mer
et du taux de ralentissement de la rotation terrestre.


Le Comput d’années partant d’un point fixe
est une pratique chronologique initiée par des astronomes Babyloniens.
Le point fixe de ce comput est le Jour Julien JJ 1'607'923, soit
-310.04.03 de l'ère commune.

Une Date chronologique
se réfère à une ère culturelle,

et NON au nombre d'années de règne d'un potentat...

Le plus ancien colophon en parfait état de conservation
est
celui d'une tablette babylonienne. Il donne
colophon baylonien 194 ES

        
l’an 100 +60 +30 +4 =194 de l' Ère Séleucide, s'entend.
Relevons que comme tout potentat, le roi Séleukos,
dès -304 de l'ère commune, a tenté d'immortaliser son règne.
La stèle sud-arabique BM / Ry547 
évoque, de d. à g.,
la divinité solaire  en...la 2ème année du règne du roi Slk :

BM/Ryckmans547
.. /  w ‘  f  ’ /’  k l m/ k l S/ n t nth/ t n s/ s mŠ l/t
..  / ............ /  le roi / S l k /  2ème  /  an /au Soleil/..

Ce sont les rares anciennes éclipses de Soleil
- correctement enregistrées -
qui permettent d'établir la relation entre le Temps

- celui
 de la Terre, de la Lune et du Soleil -
et l'Histoire des Hommes, et ainsi
de synchroniser les Ères culturelles entre elles,
d'où le néologisme de
chronologie écliptique.
         La présentation des ères, groupées par type de comput,
ne suit pas l’ordre de leur point fixe, mais celui (présumé)
de leur mise en service attestée :   
   -  Les ères avec un comput des jours: Maya,  Nilotique  et  Huangdi 

-   Les ères avec un comput des années: Huangdi, Séleucide, Græcorum,
        Ab Urbe Condita, Hispanica/de Augusto,  Hegiræ,  Domini, Commune,
Scaligérienne.
      

À ce jour, seuls les comptes-rendus "contemporains" de 
6 éclipses solaires
permettent d’assurer l’ancrage chronologique
de 6 ères culturelles: 
date site
 -1337.05.14 Memphis / Thèbes
 -0708.07.17 Jining
 -0135.04.15  Babylone
 +0047.08.01 Rome
 +0840.05.05 St.Gallen/Bergamo
 +0873.07.28  Neyshapur

25 colophons d’artefacts  de dix ères témoignent, eux, 
de la variété des styles de l’Écriture du Temps et
remettent à l'heure l'Histoire :.

Ère /  An

Ècriture

Artefact

EN 1431

egy

Stèle

EH 1929

zh

Stèle

ES   194

akk

Tablette

 AUC  47  gr  Décret

EM 3434

mym

Pendentif

AG   723

syr

Parchemin

AH    67

ar + peo

Dirham

AH    93

ar

Dirham

AH    98

ar + la

Dinar

AD  736

la

Parchemin

AD  801

la

Parchemin

AH  950

la

Lithique

EH 3964

zh

Jikji

AD 1456

la

Bible

 AD  1482  ar + la  Livre

AG 1795

syr

Parchemin

AD 1552

ar + la

Écu

AD 1583

la

Livre

EC 1708

en

Livre

EC 1789

fr

Portique

EC 1849

en

Livre

EC 1953

es

Peseta

EC 1953

fr

Livre  

EC 1954

de

Fiche

EC 2018

fr

PDF


Achevé d’imprimer le
2018.07.14 - JJ 2458314.08
sur les presses virtuelles d’@rtefact
à Soulages, 48500 Massegros-Causses-Gorges
 
 La réalisation de ce dossier @rtefact a été rendu possible 
grâce à l’aimable collaboration
de Mmes Francoise BRIQUEL-CHATONNET, Rika GYSELEN & Monique LARREY
et de MM. François BRON, Christophe DEREYFF,
Peter Jost HUBER, Hermann HUNGER et  Zoltán HUNNIVÁRI
**************************************************

Ères avec un comput des Jours :                                      

 L’ère Maya

  pourrait être le plus ancien comput des jours.
Ce
comput a vraisemblablement comme point fixe le JJ 584'283,
mais nous ignorons sa date de mise en service.
Les Mayas, craignant la disparition du Soleil,
ont prédit les éclipses (au sens de  William Calvin),
mais aucun compte-rendu d’observation n’a été identifié.
Leur temps long était divisé en cycles (quasi-)
vicésimaux,

en comptant les jours avec leurs 20 doigts !


unites de temps maya

Pour ajuster le mieux possible le compte des mois à l'année solaire,
l
'unité de compte "tun" dévie de 10°/o du système vicésimal.
L'écriture des 20 chiffres combine des points et des barres:
chiffres maya en barres et points
0                 1                4                6               19
Une stèle-pendentif de jade porte la date quasi-sexagésimale
 du 08.14.03.01.12, soit 1'253'912 k'in (jour).
 
Leyden plaque

En l'absence d'un compte-rendu d'observation d'une éclipse de soleil
pour conforter l'ancrage chronologique du jour
Maya 0.0.0.0.0,
empiriquement il est admis
correspondre (voir convert-a-date)
 à JJ 584'282.
Il s'ensuit que le jour
8.14.3.1.12 serait le +320.09.14 de l'ère commune.

* * * * * * * * * *

L'ère nilotique

a une échelle de temps linéaire avec, comme unité de compte,
3 saisons de 120 jours: Akhet, Peret et Chemou,
et 5 jours épagomènes: Osiris, Horus, Seth, Isis et Nephtys
Les saisons sont subdivisées en 4 mois de 30 jours:
calendrier nilotique
Son mythe fondateur a finalement été gravé, 25 siècles plus tard,
sur la stèle dite de la famine, sur l'île tropicale de Sehel:

stèle de la famine sur l'île de Sehel
"...suite à une période de sécheresse et de famine de 7 années
 DJOSER aurait rêvé que le dieu Khnoum exigeait de lui qu'il
fasse reconstruire les temples d'Eléphantine
pour que le fleuve Nil donne à nouveau ses bienfaits
..." 
...et
ce serait le grand architecte IMHOTEP qui rénova ces temples,
construisit le premier Nilomètre et
,
alors que le soleil zénithal en éclairait le fond,

constata, le jour du solstice d'été  -2767.07.16,  
le retour tant attendu de la montée des eaux du Nil.
Il profita de cet évènement du JJ 710'608 pour introduire
le calendrier nilotique,

 
nomma ce jour Thot I, 1er jour du 1er mois de la saison Akhet
qui, ces années là, coïncidait avec l'inondations
des terres,
puis de retour à Saqqarah, fit ériger la première pyramide à degrés.

Un colophon nilotique intéressant est celui de la
fondation de la ville d'Akhetaton.
Il est gravé sur la
stèle-frontière K;
On lit 1 anse =10 et 2 bâtons + ? dégradé
stèle-frontière K à Akhetaton     colophon stèle K
année de règne 5, saison peret (mois) 4, jour 13.  
Si ma lecture est correcte, cette date serait le
-1336.03.02 de l'ère commune.
Elle coïncide avec la Nouvelle Lune,
 le jour où le Soleil trône seul dans le ciel
 Au Musée d'Art et d'Histoire de ma ville natale, se trouve
une stèle avec le Pharaon-Sphinx résolvant l'énigme
du signe de la main, tendue par ATON
.
stèle d'Akenaton au MAH de Geneve

  Le texte hiéroglyphique se termine par cette incantation:
Qu'il construise l'horizon d'Aton à Akhet-Aton.
Dans l’antiquité, les éclipses totales suscitaient la panique.

Alors que les éclipses totales suscitaient la panique,
à Thèbes (résidence initiale du Pharaon et de son épouse Nefertiti)
l’éclipse de Soleil du -1337.05.14 n’a été que partielle.

Le Canon des éclipse solaires 5MSEC,
le logiciel de retrodiction de X. Jubier,
donne
 avec notre algorithme, un degré d'occultation de 94% à Louxor.  

retrodiction éclipse du -1337.05.14/ logiciel X. Jubier   

 Il semble donc que l'injonction d'ATON fut suivie à la lettre 
(pardon...au hiéroglyphe):
10 mois lunaires plus tard, la nouvelle capitale Akhet-Aton fut érigée
sur un site, entre Thèbes-Louxor et Memphis-Le Caire
à l'épicentre de la zone de totalité de l'éclipse.
La durée de la totalité y a été exceptionelle:
5 min. 25 sec....un signe astral si clair
qu'Amenophis IV n'hésita pas à changer de nom 

en Akhenaton et à devenir le Grand Prêtre
du
culte de la personnalité... la sienne bien entendu !

* * * * * * * * * *

         L’ère du Huangdi-jours
     (
黄 帝, l’Empereur Jaune)

a une échelle de temps linéaire de 60 jours
qui combine un cycle de 10 éléments avec un autre de 12 animaux.

cycle sexagesimal chinois

                                              Une stèle relate l'éclipse de soleil du -708.07.17 de l’ère commune.
C’est la première éclipse datée figurant dans les Annales chinoises.   
                                                
         La Chronique de l'Etat de Lu, de -721 à -480 de l’ère commune, 
relate 37 éclipses de Soleil,
dont 3 totales,
avec le nom du roi, le mois, le jour sexagésimal.

Chunqiu est la Période des Printemps et Automnes
de l'Empire Zhou de -770  à  -475.
       

  
                                               La stèle décrivant la première éclipse des Annales de Jinning
(E116.576°/ N35.401°,  lieu de naissance présumé de Confucius),
est perdue. La photo est celle d'une copie tardive gravée
en +830 de l’ère commune
et conservée au Musée de la Forêt de Stèles, à Xi’an
.

copie stele au Musée de la Forêt des stèles à Xi'an
Elle se lit de haut en bas et de d.à g.
Nous avons dactylographié le texte avec le clavier virtuel pinyin-mandarin :
renchen texte stèle   
la 3ème année du règne de  Huan roi (de l'état de Lu). 
le 7ème mois (compté depuis le solstice d'hiver),
 
 Rénchén, le 29ème jour du cycle sexagésimal Jiazi,           
le soleil,  食 之 est mangé, totalement.
         

            Pour la date du -708.07.17 ( JJ 1'462'659)  
avec l'algorithme (JJ-10)/60 on obtient un reste de 29, soit
le  jour
辰 Rénchén
indiqué dans la Chronique
(un
district de Jining porte ce nom !)
 Le freeware de Xavier Jubier rétroduit bien
la totalité à Jining pour ce jour là.
 
          

éclipse sur Jining

* * * * * * * * * *

L’ère Scaligérienne 

est la réplique de la Réforme face aux massacres
calendaire et autres fomentés par Grégoire XIII.
Cette échelle de temps linéaire «terra-luni-solaire»
rend subtilement hommage à la révolution copernicienne.
Trop récente pour être millénaire, elle s’est imposée aux astronomes.
Par son ouvrage De Emendatione Temporum paru en +1583,

colophons de Scaliger et de Herschel

Joseph Juste Scaliger, décida, de facto, de nommer le jour
+1582.10.04 :     Jour Julien 2'299'160,
à partir du point fixe «JJ0» du -4712.01.01.
L'astronome John F.W. Herschel l'adopta en +1849.
Dès lors s'ouvrait enfin un passage entre le temps des éclipses,
et celui de la Terre, de la Lune, du Soleil et des hommes,
la chronologie était née !...

*****************

Ères avec un comput des années :      

         L’ère du Huangdi-ans
    (
黄 帝, l’Empereur Jaune)

comporte,  en parallèle à l’échelle sexagésimale des jours,
une échelle annuelle,

qui combine le même cycle de 10 éléments avec celui de 12 animaux.
Ce cycle de 60 années suit la règle du
solstice d'hiver
 appartenant au 11ème mois lunaire.


Un colophon intéressant est celui du Jikji  (zhi2 zhi3)
(une anthologie des enseignements Zen des grands prêtres bouddhistes)
imprimé verticalement de d. à g..
   jikji colophon 1377  jeu de caractères d'imprimerie coréen du jikji

transliteration du colophon du jikji

Le Jikji 
est le 1er livre imprimé à l'aide
de caractères mobiles métalliques.
L' imprimerie située au Temple:, Heung Deong: 興 德,
au dehors:
, du chef-lieu: , de Cheongju: (en Corée),
mettait en pratique:la fonte: , de sceaux:, 
porteurs de caractères:
.
La date est indiquée comme 
la 7ème année: 七 年...
(probablement celle du règne d'un des derniers roi 
de la dynastie
高 麗 Koryo qui régna de 918 à 1392),
position #54 du cycle sexagésimal,
celle du serpent de feu
: ,
et précise le 7ème mois 1er jour:七月 .
En supposant, d'après le contexte, que
l'on se trouve dans le 67ème cycle
à partir de -2637,
il s'agirait alors du 5 août +1377

* * * * * * * * * *


ES, l'Ère Séleucide

débute avec 6 mois lunaires de retard sur l'AG, 
soit 2 jours après la Nouvelle Lune du -310.04.03.
L’éclipse de soleil du 15 avril –135 sur Babylone,
mentionnée sur 2 tablettes de terre cuite (BM 34034 & 45745),
conforte la correspondance de l’ES avec l'Ère Commune.
Les dates sont écrites dans le système sexagésimal:

           chiffre cuneiforme pour date

auquel il convient d’ajouter le glyphe  glyphe cunéiforme du nombre cent  pour les centaines. 

La première tablette
du type "Goal year" est actuellement en 5 morceaux.
Les lignes 14 à 20 (zone rosée photo)  
de la 1ère colonne du verso de la tablette,
contiennent les notes d’observation de
l'éclipse partielle de Lune du  15 du mois lunaire (intercalaire)
dir-še (Addaru II) de l'année 175 ES  (ou AG 176),
  donc du 
1er avril -135,
et les lignes 21 à 25, ceux de
l'éclipse totale de Soleil du
29 du mois lunaire
(intercalaire) dir-še de l'année 175 ES  (ou AG 176 ), 
soit du
15 avril -135.
À droite se trouve l’apographie de ces lignes par Th. G. Pinches,

sous-titrée d'une translittération d'après H. Hunger et P.J. Huber.                  

eclipse et colophon seleucide  description eclipse tablette cuneiforme babylone

Adaptation française des traductions de H. Hunger & P.J. Huber: 
#14: an 175 
#15:  mois XII(jour)15  17 40 ME      
#16:  nuageux, pas observée. Quand la couronne culmina
#17:  éclipse de Lune commence au Sud-Est
#18:  côté. Au 18 () de la nuit        
#19:
 7 doigts  à 1 béru 
#20:  avant le lever du Soleil.

     
                                                 #21:
  (mois XII2 , jour) 29 éclipse de Soleil (commence) sur      
#22:  le côté  Sud-Ouest  
#23:  à 18 () du jour    
#24:  devînt total et complètement nuit
#25:  à 24 () après le lever du Soleil.
 

  Note:     1 est l'unité de temps des Babyloniens
(soit 4 min, mesurées à l’aide d’un sablier ou d’une clepsydre).
Comme il y a 360 fois 4 min dans un jour, 1 correspond aussi à
une rotation du ciel d'un angle de 1°, d'où la traduction abusive de

certains auteurs de UŠ par « ° ». Le degré, la 360ème partie du cercle,  
serait
à notre avis, l'invention originale d'Hipparque (calcul de la 
distance  Terre-Lune à l'aide de l'éclipse de soleil du -128.11.20).
Les Babyloniens, comme les anciens chinois,
semblent être restés prisonniers
du calendrier lunaire et du système sexagésimal.
 

       
      
 
Examinons le colophon de cette tablette (zone bleutée photo)
grâce à l’apographie minutieuse de Theophilus G. Pinches,
           

colophon ere seleucide sous arsace viii

 et de la translittération qu’en donne Hermann Hunger:    

       U 1 KAM IGI         DUH A MEŠ   DIB QA MEŠ   U    AN KU MEŠ
        
PREMIERS JOURS,     APPARITIONS ,  PASSAGES        ET      ÉCLIPSES  
                     
ŠÁ            ANA  MU   1 ME 60 + 34  KAM  AR-ŠA-KA-A  LUGAL
         
LESQUELS       VERS   L’AN   194                                ARSACE               ROI          
     
                                                 KUN-NU-Ù
               
                                                 ONT ÉTÉ ÉTABLIS   

La date de ce colophon, 194 (ES), est de 18 ans (= 1 SAROS)
postérieure aux éclipses de Lune et Soleil  d'Avril  -135.

Le roi Arsace qui y est mentionné

Arsace viii le grand

serait donc Mithridate II alias Arsace VIII Le Grand
qui régna de -122 à –87.

 La seconde tablette
relate l'éclipse de soleil survenue au 29ème jour du
mois intercalaire dir-še (Addaru II) de l'année 175 ES (ou 176 AG).
L'insertion d'un mois intercalaire de 30 jours était ici inappropriée car,
par définition, la nouvelle Lune devrait être
le dernier jour d'un mois lunaire!

L'éclipse de soleil est décrite dans la zone grisée
de la tablette BM45745Rev, lignes 13 à 15. 
Y figurent des détails sur les étoiles visibles lors de la totalité.

À la ligne 15, le chiffre 35 
est facilement reconnaissable.     

eclipse de soleil à babylone

Adaptation française de la traduction de H. Hunger
#13/  averse, le vent d'ouest souffla, le 28, le vent du nord souffla
         Le 29, à 24 uš (env. 96’) après le lever du Soleil, éclipse de Soleil,
commence au Sud et du côté ouest. 
#14/ Vénus (dele-bat), Mercure (GU4.UD) et les étoiles normales
 (MúL.ŠID.MEŠ)  étaient visibles; Jupiter (MúL.BABBAR) et Mars (AN),
dans leur période d'invisibilité, étaient visibles lors de l'éclipse....
#15/  qui jeta d'ouest et sud vers nord et est, à
  35 uš (env. 2h 20'), maximum,
         puis éclaircissement, pendant cette éclipse le vent du nord soufflait.

         Cette description est confortée par la rétrodiction de l'éclipse
de Soleil du  –135.04.15,
de ses phases et des positions relatives
du Soleil et de la Lune vues depuis
l'Etemananki (Tour de Babel ?)
avec le freeware de Xavier Jubier:
 
retrodiction eclipse babylone Phases de l'éclipse du -135.04.15   

         Même Vénus, Mercure, Mars et Jupiter étaient bien visibles
lors du rendez-vous de la Lune et du Soleil, comme

Christophe de Reyff a montré la vue du ciel depuis La Tour de Babel
à l'aide du freeware Stellarium, le -135.04.15/ 05:24UT,
avecpour le calcul du ΔT:   c=30.65 / y=1853 / n’= -25.8 .

ciel sur babylone lors de l'éclipse

***********************

AG, l’Anno Græcorum

est un avatar de l’ES.  Elle débute 2 jours après la Nouvelle Lune,
6 mois lunaires avant l'ES,
le -311.10.07  de l' Ère Commune.
Le colophon portant la plus ancienne date de l’AG
est celui d’un manuscrit,  
une copie du martyrologe d'Eusébius [BM Add.MS.12150]
 .
 

Il  se lit de  d. à g., et figure au
dernier feuillet (#255), au bas d
e la 3ème colonne. 
colophon martyrologe eusebius anno graecorum
colophon manuscrit syriaque   
Le texte  syriaque dactylographié  est
sous-titré avec la translittération et traduction
de Mme Francoise  
BRIQUEL-CHATONNET.
    En clair:    Fait au mois de novembre de l’an 723 (AG), à Édesse…..
(soit en l’an +411 de l’Ère Commune).
 
Le mois de novembre de l'an 0 de l'Ère Commune
est, lui, en  l'Anno Græcorum 311,
et Novembre 723 AG correspond bien
à Novembre +411
de l'Ère Commune.
 
 Avec l'invention de l'imprimerie, l'ère AG va tomber en désuétude
....et un des derniers colophons «AG» est celui du
«Festival de la Sainte Croix»:
colophon tardif syriaque 
Il indique que ce manuscrit a été écrit dans
le couvent de Ste Marie
Deipara en
l'AG 1795 (
+1483 /+1484 de l'ère commune).
        colophon anno graecorum manuscrit syriaque
Cette date 1000 +700+90+5 est écrite de d. à g.,
avec des lettres & signes diacritiques syriaques.

 
      chiffres syriques pour date



*****************************

         L’ère AUC
(Ab
Urbe Condita)

 rend hommage à la fondation de Rome.
On peut imaginer que
Marcus Terentius Varro décida de nommer
l’année en cours 700 AUC,
 
à partir du point fixe du  -753.04.21
de l’ère commune.

         La légende rapporte que Romulus serait mort à 54 ans
dans la 38
ème année de son règne, soit en –715 de l’ère commune,
année durant laquelle aucune éclipse de Soleil n’a pu
servir d’office mortuaire au mythique fondateur de Rome.
Dominique BRIQUEL relève que
l’hypothétique
éclipse funèbre de Romulus
a été citée par Cicéron, Hortensius, Tite-Live, Denys d’Halicarnasse,
Ovide, Sénèque, Plutarque, Florus, Augustin et Zonaras. 
L’éclipse sur Rome  la plus proche est celle de 
–710.03.14,  partielle à 86 %.   

 l'éclipse de Romulus 

Elle présupposerait que Varro se soit trompé de 7 ‰  dans ses calculs….
Juste un siècle après Varro, une éclipse de Soleil permet,
sans ambiguïté, l’ancrage chronologique de l’AUC. 

À la date du +45.08.01, le 54e anniversaire de l’empereur Claudius
coïncidait avec une éclipse sur Rome, partielle à 20 %.  
    eclipse de Claudius 

Cette éclipse est la première de l’histoire
qui fut expliquée par avance avec précision.
Elle a été l’objet d’un décret de l’empereur Claudius.
      Ce décret figure au Livre 60, Chapitre [26] de l’Histoire de Rome de Dio Cassius,
l’historien né à Nicée, et dont l’œuvre monumentale est en grec.      

[26]   Le soleil devant s'éclipser le jour anniversaire de sa naissance, Claude craignit
qu'il n'en résultât quelque trouble, attendu qu'il était arrivé d'autres prodiges,
et il publia un édit pour faire connaître à l'avance, non seulement l'éclipse,
son moment et sa grandeur, mais les causes qui devaient nécessairement l'amener
.           
                                              
            Ces causes, les voici: La lune qui, comme on le croit, fait son tour au-dessous du soleil,
qu'elle le fasse immédiatement sous lui, ou que Mercure et Vénus soient entre deux,
se meut en longitude comme cet astre ; elle se meut aussi comme lui en hauteur,
et elle a, de plus, un mouvement en latitude que n'a nullement le soleil.
Lors donc que la lune vient à se trouver sur la même droite que lui,
au-dessus de nos regards, et qu'elle s'interpose entre nous et ses rayons,
alors elle dérobe la lumière qui vient de cet astre à la terre, plus pour certains lieux,
moins pour d'autres; pour quelques endroits même, elle n'en cache rien du tout;
car le soleil, ayant toujours une lumière qui lui est propre, ne la perd jamais ;
et c'est ce qui fait que, dans les endroits où la lune n'est pas en opposition,
de manière à le couvrir de son ombre, il ne cesse d'être visible en entier.
Voilà ce qui a constamment lieu pour le soleil, et ce que Claude fit alors publier.
Quant à la lune
(il n'est pas hors de propos de parler d'elle aussi, puisque je suis engagé dans cette matière),
toutes les fois que, se trouvant à son opposition avec le soleil
(cela ne lui arrive qu'aux époques de pleine lune,
comme au soleil qu'aux époques de nouvelle lune),
elle rencontre l'ombre de la terre, qui a la forme d'un cône
(la chose a lieu lorsqu'elle est au milieu de son mouvement latitudinal),
elle est privée de la lumière que lui envoie le soleil,
et se montre telle qu'elle est par elle-même.
Voilà ce qu'il en est de ce phénomène.
 

         Aux Chapitres 27 et 28, Dio Cassius mentionne
Cette année écoulée…,  on est donc 1 an après l’éclipse,
soit en +46 de l’ère commune.

         Au Chapitre 29, Dio Cassius écrit :

Ἐν δὲ τῷ ἑξῆς ἔτει ὅ τε  Κλαύδιος
Or dans l'année suivante Claudius

ὀκτακοσιοστοῦ   τῇ Ῥώμῃ   ἔτους     ὄντος  
 huit-centième    à   Rome de l’année étant
En clair: ...en la 800ème années de la fondation de Rome
         L’année suivante,  +47 de l'ère commune il faut ajouter 753
ce qui donne bien la 800ème année AUC,
et avec faste, Claudius fut le premier à commémorer cet anniversaire.     

   aureus de l'empereur Claudius  
         Cependant, à l’exception de Dio Cassius, ce n’est que très tardivement
que le comput varronnien fut pratiqué par les historiens.  

************

ERA de Augusto (ou Hispanica)

rend hommage à la Pax Romana en Hispanie.

Utilisée dès le 3ème siècle, c’est le Concile de Tarragone
en l’an +516 de l’ère commune
qui décida officiellement de nommer l’année en cours
Era 478, à partir du point fixe du -37.01.01
Aucune  observation d’éclipse n'est datée de  l'ERA.  

Pour l’inauguration du Pont de Taboada
sur le Camino de Oro, en Galice
,
          

Le pont de Taboada sur le camino de Oro

 un colophon fut gravé sur un bloc de rocher à l’entrée du pont: 

colophon du Pont de Taboara 

         Il donne ERA DCCCCL avant les calendes d’avril,
soit le +912.09.31
de l'ère commune.    

         L’Era fut abolie en +1351.

****************************

AH:  Anno Hegiræ

rend hommage à la mythique fuite vers Médine.

Elle fut utilisée dès l’an +639 avec la décision de nommer
l’année en cours «17»
à partir du point fixe du +622.07.16 de l'ère commune.
Le prosélytisme mahométan apparait avec les Dirhams
du Gouverneur Abd al-Malik b.Abdallah b.Amir,
en  67 de l’Anno Hegiræ
 
La première mention datée du nom du Prophète figure
en avers d'un dirham à l'éffigie de Khosro II,
et au nom d'Abdalmalik ibn Abdullah.
Les textes pahlavi et les ajouts arabe sont à lire de d. à g.
Muhammad rasul Allah
mahometan et zoroastrien

Au revers figurent,
aux côtés de l'autel du feu zoroastrien et de ses gardiens,
 la date
d'émission 67 (AH), et
le sigle de l'atelier
BYŠ  à Bishapur. 
67 AH?   Bishapur 
  t  s š   t  p h         š  y  b •
soixante  -   sept          
          Bishapur
En l'an 93 AH, apparaît le véritable dirham prosélyte...
en arabe et sans iconographie:
         dirham prosélythe de l'an 93 AH  texte du 1er dirham prosélythe
Pour être comprise de tous,
cette croisade monétaire se fait bilingue arabe-latin. 
Elle conquiert l'Andalousie en 98 (AH),
 recto dinard andalou         verso dinard prosélythe andalou       
Marge Face : FERITOS/SOLIdus/IN/SPANia/ANno...Est-ce un oubli ?
J'en doute, car
si  ANo XCVIII orne les pièces frappées en Afrique
cette année là,
... l'Espagne, elle, est dans
l' ANo DCCLIV de
l'ERA (de Augusto) !   
Marge Rev: ḍuriba hadhā al-dīnār bi-al-andalus sanat thamān wa tisʿīn
 
Au nom de Dieu, ce dinar a été frappé à
Al-Andalus l’an 98 (AH).

L’astronome perse Abu al-Abbas al-Iranshahri de Neyshapur,
a observé une éclipse, tôt le matin
du
29ème jour du mois du Ramadan de l’an 259
(AH).
                                                 
         Bien que ni le compte-rendu original d’al-Iranshahri,
ni la compilation de
al-Biruni un siècle et demi plus tard
n’aient été conservés, la rétrodition à l’aide du logiciel de X. Jubier
de cette
éclipse annulaire du +873.07.28 à 01:42UT  assure,
sans ambiguité, l’ancrage chronologique
de l’ère de l’Hégire.        
 L
a Nouvelle Lune devrait avoir lieu le dernier jour des mois lunaires,
mais les mois impairs du calendrier islamique
sont de 30 jours, tel le mois du Ramadan.

En outre, les convertisseurs-web occidentaux
changent la date du jour islamique à midi
alors qu'
une date islamique change au coucher du Soleil!
l'éclipse de l'ère de l'hégire




******************************

AD:    Anno Domini

fut inventée par Bède le Vénérable 
c
oncomitamment (voir comme riposte) aux succès de
la chronologie musulmanne dans la péninsule ibérique
.
C’est juste 7 ans avant la bataille de Poitiers
que Bède nomma l’année en cours AD 725
à partir du point fixe du +1.12.25.
 
L’original du De Temporum Ratione étant «perdu»,
 la 1ère date chrétienne est celle que donne le
colophon du Diplôme d'Ismere: l'An +736 de l'Incarnation du Seigneur 

 1er colophon chétien (diplôme d'Ismere)
 
Inspiré par Alcuin, Charlemagne sut ingénieusement
tirer profit du nouveau mode de datation pour instaurer son Saint Empire.
Il organisa en +789 de l'ère commune, chez lui, à Aachen,
le Concile qui rendit obligatoire l'enseignement du computus
dans ses écoles.
Une semaine après le solstice du +800.12.17,
son coup d'éclat empreint d'Apocalypse,
conforta l'annaliste de Laurensheim d'enregistrer l'évènement
sous Dccci  (801, en chiffres romains).
le couronnement de charlemagne / annales de laurensheim
Le miracle de l'apparition à Mayence du Saint Empereur sur
les deniers d'Argent  ne se fit pas attendre !
la Trinité: Coup d'état, Saint Empire et Fric


L’éclipse de Soleil du +840.05.05 qui précéda le décès du
Saint Empereur Louis-le-Pieux,
fut observée à St.Gall et Bergamo.
 
 
éclipse de l'anno domini
C’est elle qui assure l’ancrage chronologique
de l ‘Anno Domini...et du décès de Louis I.

Le Codice Electronici Sangallense donne l’année explicitement:
ω.xl
, avec le caractère ω pour 800.
Le 3ème avant  les Nones de Mai, c’est le 5 mai, et,
à l'heure du jour entre la 8ème et 9ème,
il faut y ajouter celle du lever du soleil le +840.05.05 à St Gall:
03:17 UT, soit à 12:47 UT,
en parfait accord avec
12:37 UT,
l'heure rétrodite par le freeware de X. Jubier.

l'éclipse de l' Anno Domini
                            
                                           

Cette Annale est corroborée par la
Chronique,
sans date AD, d’Andreas Presbyter Bergomas.

Dans notre histoire du colophon, celui d’une des 180 Bibles de Gutenberg
 - dont le tirage fut financé grâce au très lucratif marché des indulgences -
 retient l’attention.
Alors que le colophon du Jikji était imprimé depuis 80 ans,
celui de la Bible enluminée et rubriquée par
Heinrich Albach alias Kremer est
encore manuscrit !

Colophon de Cremer à une Bible de Gutenberg
colophon manuscrit de Cremer d'une bible de Gutenberg

La date de
ce colophon est sans doute:  +1456.08.24.
On aimerait lire m°cccc°lvi°
mais Kremer a fait usage d'une
graphie innovante...
à moins qu'il n'ait écrit autre chose ?
Comparons la graphie Kremer
pour l'an 1400
le 1400 de Kremer

 avec celles de manuscrits pour les années 1006 et 1200,
et d'imprimé pour l'année 1500.
l'an 1006 manuscrit     an 1200 manuscrit    l'an 1500 sous forme imprimée

Chez Kremer, le graphème o du glyphe
s’approche apocalyptiquement du a !

L’utilisation des chiffres romains restera en usage jusqu’en 1789.
 Ainsi, l’édition de 1482 de l’opuscule de Sacrobosco est 

à l’avant-garde de la révolution dans l'écriture des dates
avec les chiffres dits arabes ( indiens !).

colophon de sacrobosco en chiffres arabes
    Le colophon du premier Écu ‘imprimé’, 
frappé au balancier donne le millésime 1552.
colophon écu en chiffres arabes  

 

*******************************

EC:    Ère Commune

est la laïcisation de l’AD.
Elle a été initialement nommée vulgaris aerae
par Johannes Kepler, dans sa Table d’éphémerides en +1616.  
En anglais, son usage se répend sous l’appellation
Common Era
, dès
+1708.

Common Era depuis 1708


 
        Le colophon de notre maison donne  +1789.
  
colophon révolutionnaire d'une maison


       En chinois, elle est en usage sous l'appellation
公元
  gong1 yuan2, depuis le +1949.10.01.
Le colophon de la 1ère des 36  fiches me concernant auprès du
Service de police
du Ministère public de la Confédération
donne le
+1954.09.07.        

         fiché depuis l'âge de 13 ans

         J'ai donc eu l'honneur d'être
chronologiquement fiché
dès l'âge 13 ans !


*****************



À propos de l'auteur :                                                                                            
La pédagogie Freinet   a éveillé chez lui,  à l'âge de 10 ans,  sa curiosité pour  le développement des
cultures
& technologies, et son attachement à la coexistence pacifique. N'ayant eu de cesse d'élargir
cette expérience d'imprimeur à l'école,  il crée en 2000 sa maison d'édition virtuelle  d'archéométrie.

Contact



*****************

Annexe:

Typologie des calendriers :  

l'art de rythmer le temps
 
Le calendrier lunaire: 354 jours (12 mois de 29 ou 30 jours),
d’où, d’une année à l’autre, un décalage de
11 jours par rapport à l'année solaire.
Le calendrier hégirien est de ce type.

Le calendrier luni-solaire: 4 saisons de 3 mois (29-30 jours).
En ajoutant des mois lunaires intercalaires,
il se synchronise bon an mal an
avec l’équinoxe de printemps.
Les calendriers babylonien et hébraïque sont de ce type.
Le calendrier chinois traditionnel est, lui, centré sur le solstice d'hiver.

Le calendrier solaire basique: 360 jours (12 mois de 30 jours).
D’une année à l’autre, il y a un décalage de
5,2424 jours par rapport à l'année solaire.
Le calendrier sumérien est de ce type.

Le calendrier solaire amélioré: 365 jours
(5 jours supplémentaires après le 12ème mois).
Le décalage se réduit à 25 jours par siècle.
Le calendrier nilotique (12 mois x 30 jours) et
le calendrier maya "du temps court" (18 mois x 20 jours)
sont de ce type.

Le calendrier solaire de Sosigène: 365¼  jours.
Il a donc tous les 4 ans 1 jour supplémentaire.
Le décalage par rapport à l'année solaire de
365,2424 jours
conduit à un excès de 8 jours par millénaire.
La combinaison de 7 mois de 31 jours,
4 de 30 et 1 de 28 ou 29 visait à synchroniser
solstice d’hiver et équinoxe vernal au 25 du mois et
solstice d’été et équinoxe d’automne au 24 du mois.
Les calendriers julien et hispanique sont de ce type.
Notre calendrier serait encore de ce type
s'il n'avait pas été massacré par Grégoire XIII !

Le calendrier terra-luni-solaire de Scaliger-Herschel:
après avoir échappé au massacre du 1572.08.12, J.J. SCALIGER
a travesti son calendrier perpétuel en la Période Julienne,
hommage à Jules César de l'ESCALE, son père.
Cette période est de 2'914'695 Jours Julien,
soit 7'980 années juliennes de 365,25 jours.
Ce nombre d’années est le produit de
15 (Indiction de Dioclétien-Constantin) par
19 (cycle lunaire de Méton) par
28 (cycle solaire : Sunday, dimanche
revient aux mêmes dates).
En 1849,
John F.W. Herschel démasqua
l'échelle de temps linéaire
sous la Période Julienne.
C'est le calendrier astronomique.


 retour à l'index archaeometry.org